L’entraînement fonctionnel de la voix

Traduction abrégée et adaptée de The Necessity of Using Functional Training in the Independent Studio par Jeannette LoVetri paru dans Journal of Singing par Marcin Brzezinski, vocologiste.

Qu’est-ce que l’entraînement fonctionnel de la voix ?

Il n’existe pas de définition uniformément acceptée de l’entraînement vocal fonctionnel. Ce qui est certain, c’est que l’entraînement vocal traditionnel n’a pas toujours été « fonctionnel ». La formation vocale que plusieurs d’entre nous ont suivie a été plutôt basée sur la musique. Ce type de formation peut être d’une grande valeur mais il ne s’agit pas d’entraînement fonctionnel. Nous nous sommes faites dire d’ « allonger les notes » ou de « connecter les notes ensemble afin qu’elles s’enchaînent de façon souple », ou encore de « faire un crescendo sur la note » , d’« approcher la note sans glisser par en-dessous », etc.

D’autres personnes ont appris à produire un son vocal dans une configuration particulière sans recevoir beaucoup d’explication quant à comment le faire ou pourquoi c’était nécessaire. « Faites flotter le son » ou « relâchez plus vers le visage » a souvent été entendu comme instruction venant d’un professeur de chant, tandis que l’étudiant était laissé à lui-même pour essayer de trouver une manière de faire ce que lui a été demandé.

Un bon nombre de chanteurs ont appris à focaliser sur leur conduction osseuse (entendre notre voix interne par vibrations sur nos os), une sorte d’approche qui prétend que « l’os amplifie le son vocal », « utiliser l’expiration vibrante » pour obtenir l’amplification dans le crâne. D’autres coachs ont suggéré que « la fondation de l’instrument vocal est d’apprendre à contrôler l’air avec le diaphragme ». Inversement, certaines personnes sentent que la respiration devrait plutôt « se gérer par elle-même ». Plusieurs autres ont appris à faire des manœuvres d’articulation très précises, afin d’adresser des problèmes de voix chantée, et d’autres se sont fait demander de mettre une grande emphase sur la communication émotionnelle et l’interprétation ou stylisation d’une phrase ou chanson.

Dans le passé, il était compris que la manipulation directe de la gorge allait interférer avec l’émission vocale libre ; à partir de cette supposition s’est développée une philosophie entière où l’on évitait de parler du larynx ou même de la gorge elle-même d’une manière directe, pour empêcher que cela ne devienne une source de trop grande conscience de son appareil vocal et de difficultés. Les professeurs alignés sur cette approche commentaient : « tu écrases ton son » ou « n’avale pas le son ».

Récemment toutefois, l’inverse est devenu populaire, avec de nombreux étudiants qui se sont faits dire de placer le larynx quelque part directement (en bas, en haut ou à un endroit spécifique désigné par un chiffre, lettre ou endroit anatomique) et de le garder dans cette position. À l’époque, on nous enseignait que le chant reposait entièrement sur le « placement du son ». Aujourd’hui, on nous donne comme instruction de « coordonner des stratégies de résonance » et de contrôler le son à travers cette action, parfois avec l’aide de la respiration, parfois sans. Une partie de cet enseignement est reliée à la fonction vocale, mais cela n’est pas toujours logique, ni ne peut être facilement intégré sous la forme d’une réponse vocale indirecte et produite librement.

L’idée que le chant et le répertoire classique/lyrique sont une « base magique » pour la technique vocale, est aujourd’hui dépassée. À moins que le professeur puisse faire la distinction entre la coordination que le chanteur a besoin de cultiver et l’effet de cette coordination sur la gestion du souffle, l’endurance et la flexibilité vocales, l’extension de l’étendue vocale, la définition des voyelles, l’articulation et la justesse (tous ces éléments étant indépendants du style musical), l’entraînement lyrique peut être soit utile, soit une perte de temps.

Description de l’entraînement fonctionnel de la voix pour le 21e siècle.

L’entraînement fonctionnel de la voix est une technique qui permet au chanteur de développer progressivement le contrôle mécanique sur le son chanté sans sacrifier la liberté ou l’authenticité.

Il conditionne les muscles du mécanisme vocal, au fil du temps, de manière indirecte, à travers des exercices, à répondre automatiquement. Il fournit une base pour renforcer et stabiliser le son général, maintenir la flexibilité, étendre la tessiture, augmenter la capacité, l’endurance et la gestion du souffle, contrôler les configurations des voyelles et permettre une variété de sons qui peuvent être émis à volonté sans lutte ni fatigue. Il permet au chanteur de produire des sons qu’il veut produire, quels qu’ils soient. Il permet au chanteur de se connecter à son corps de manière consciente, d’apprendre à contrôler le comportement du torse et d’ajuster l’utilisation du souffle à la demande du son produit et de la musique qui est chantée.

L’entraînement fonctionnel varie selon les besoins de l’étudiant et n’a rien à voir avec le talent, les capacités ou la beauté de la voix d’une personne, pas plus que son historique en chant. Puisqu’il est basé sur ce que la voix fait et non sur ce qu’elle est (soprano, alto, ténor, basse, lyrique, dramatique, belter, etc.), l’entraînement fonctionnel s’applique de la même manière à chaque chanteur et permet à l’individu d’appliquer les habiletés et connaissances à n’importe quel moment.

Il est similaire à l’entraînement offert aux athlètes afin de les renforcer pour un sport particulier (séparément des règles du jeu, de la compétition ou les stratégies requises), ou aux danseurs qui possèdent une bonne force et forme physique, mais doivent toujours comprendre les différences entre les principales catégories de danse ou entre les variations imposées par des chorégraphes particuliers dans les cadres d’un même style.

L’entraînement fonctionne s’intéresse aux paramètres d’un style particulier et aux capacités personnelles d’un chanteur dans le cadre de ce style, met en évidence l’aspect individuel de chaque voix et met en valeur le caractère unique de l’expression vocale dans tout style musical, tel que déterminé par l’intérêt du chanteur. Il renforce la perception du son et de la sensation kinesthésique, en l’ancrant dans la perception corporelle et acuité auditive et amène le chanteur dans le processus de produire le son vocal « dans le moment présent » et d’une manière consciente, sans être self-conscious (N. D. T. : terme anglais qui veut dire mal à l’aise, gêné, qui manque d’assurance, mais aussi trop conscient de son image).

L’entraînement fonctionnel place tous les étudiants sur le même pied d’égalité, puisqu’il perçoit le processus d’entraînement pour le chant comme musculaire, qui implique l’apprentissage d’un comportement vocal et physique sophistiqué au fil du temps. Lorsque ce comportement devient une habitude, « l’artiste en-dedans » est libre de créer de la musique vocale qui correspond à sa personne, son choix de musique et sa façon unique de l’exprimer. Elle ou il est libre d’apprendre les conventions de n’importe quel style, époque, compositeur ou forme.

L’idée que les gens sont nés avec un « certain type de voix » a été dissipée par la recherche en science vocale qui indique que plusieurs chanteurs sont capables de passer efficacement d’un type de son dans un style à un autre type de son dans un autre style, peu importe les aspects anatomiques, physiologiques ou psychologiques de leurs corps et esprits. L’exposition aux divers styles, le fait de les expérimenter, l’entraînement en fonction d’eux et l’intérêt face à eux, sont des prérequis logiques afin de les utiliser. Les voix de la majorité des gens s’adaptent plutôt facilement, surtout si c’est quelque chose qu’ils désirent.

Avec les exigences croissantes demandant aux chanteurs d’être habiles dans une variété de styles, chacun avec ses propres paramètres et attentes et avec les frontières de chaque style devenant de plus en plus floues à chaque année, tous les chanteurs qui veulent survivre dans le milieu actuel, très compétitif, doivent être entraînés le plus minutieusement possible.

S’entraîner pour chanter juste dans un style est déjà demandant, même en utilisant des exercices vocaux fonctionnels, mais c’est encore plus demandant de chanter dans plusieurs – différents genres de musique, chacun possédant ses propres paramètres fonctionnels et attentes musicales. Mais ce genre d’entraînement devient de plus en plus nécessaire. Afin de chanter avec succès dans plus qu’un style, le professeur et l’étudiant ont beaucoup de travail à faire. Le monde musical d’aujourd’hui demande aux chanteurs d’être capables de s’adapter très rapidement.

Leave a Reply